Plan France Numérique 2012
Flux RSS Facebook
Association Nord Internet Solidaire
Ministère l'Enseignement Supérieur et de la Recherche DUI Anis

Polluants Organiques Persistants (POP)

A+A-imprimerEnvoyer

ENVOYER CET ARTICLE :




Les Polluants Organiques Persistants (POP) désignent une catégorie de molécules organiques présentant les quatres propriétés suivantes (selon la source www.ecologie.gouv.fr) :

  • Persistance (faible biodégradabilité) ;
  • Bioaccumulabilité (tendance à s’accumuler dans les organismes vivants) ;
  • Toxicité (impact maximal sur l’environnement et sur la santé des populations exposées) ;
  • Volatilité (tendance à migrer loin des lieux d’émission).

Les industries électriques et électroniques ont recours à de nombreux POP dans la fabrication d’ordinateurs. La dissémination de ces molécules dans l’écosystème, une fois les équipements parvenus en fin de vie, pose de graves problèmes environnementaux :

  • Infiltrations dans les sols ;
  • Pollutions des nappes phréatiques ;
  • Accumulation en bout de chaîne alimentaire ;

L’un des enjeux des POP est donc leur recyclage, complexe et coûteux.

Dans cette optique, il faut à tout prix mettre fin aux pratiques de recyclages sauvages (ex : décharges à ciel ouvert avec ou sans incinération dans les pays du Sud).

Ceci ne pourra se faire que par le développement d’une filière structurée du réemploi informatique, coordonnant l’ensemble des acteurs du secteur à l’échelle nationale et internationale.

A l’échelle internationale, la Convention de Stockholm (voir les ressources Ordi 2.0 sur le sujet) encadre la production des équipements électriques et électroniques en interdisant ou en limitant l’utilisation des POP les plus difficiles à recycler.

A l’échelle européenne, la directive RoHS (voir les ressources Ordi 2.0 sur le sujet) restreint aussi l’utilisation des POP pour les fabricants industriels.

Parmi les POP les plus nocifs utilisés dans la production informatique, on trouve :

  • Les retardateurs de flammes bromés (boitiers plastiques) ;
  • Le plomb (tubes cathodiques) ;
  • Le mercure et lithium (batteries rechargeables) ;
  • Le cadmium, le chrome (composants) ;

Pour beaucoup d’associations écologiques, la liste noire des POP constituée par la Convention de Stockholm n’est pas encore assez restrictive.

Si vous souhaitez en savoir plus :

Sources :